Aboubakr Chraïbi

Sinbad le marin

Aboubakr Chraïbi
professeur des universités, vice-président de l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco)

L’histoire de Sindabad (ou Sindbâd) le marin et de ses aventures extraordinaires dans l’océan Indien est universellement connue. Elle a été révélée au public européen au début du 18e siècle grâce à la traduction des Mille et Une Nuits d’Antoine Galland.

Or, jusqu’à ce jour, peu de personnes savaient que ces aventures avaient été traduites en français dès 1701, sous le titre de Sindabad le marin, par un autre orientaliste, François Pétis de La Croix.

Ce manuscrit, jamais publié, a été retrouvé par deux chercheurs, spécialistes des Mille et Une Nuits, Aboubakr Chraïbi et Ulrich Marzolph, qui en ont assuré l’édition critique et rédigé la présentation.

 

BIO-BIBLIOGRAPHIE

 

Né à Fès (Maroc) en 1962, Aboubakr Chraïbi a fait des études d’arabe (doctorat écrit sous la direction de Claude Bremond soutenu en 1993 à l’EHESS). Il est professeur des universités à l’Institut national des langues et civilisations orientales et appartient au Centre de recherches Moyen-Orient Méditerranée (CERMOM). Il exerce en cette qualité divers mandats universitaires.

 

Aboubakr Chraïbi est responsable du projet « Les Mille et Une Nuits : Sources et Fonctions dans l’Islam médiéval arabe » à l’Agence nationale de la recherche (MSFIMA).

 

Il appartient également à de nombreuses sociétés savantes comme la Société asiatique, American Comparative Literature Association, l’Union européenne des arabisants et islamisants.

 

Aboubakr Chraïbi, a publié en avril 2015 trois contes inédits des Mille et Une Nuits. Ce livre donne la traduction de trois contes extraits du manuscrit Reinhardt, déposé à la bibliothèque de l’Université de Strasbourg. « Hasan, le garçon dont tous les souhaits se réalisent », « Yâsamîn la favorite du sultan et le syndic des tailleurs », « Le vieux poète Hasan, l’arbre, la tombe et le monastère ».