Dominique Auzel

Eaux cinématographiques

Dominique Auzel
écrivain, historien du cinéma, Université Toulouse Le Mirail

 

 

« La mer n’est jamais méchante, même lorsqu’elle mauvaise »

Remorques (Jean Grémillon, 1941)

 

Décors qui jouent, qui remuent, qui vivent et vibrent, mers, océans, canaux rivières, et autres petites et grandes étendues d’eau sont des espaces romanesques que le cinéma, depuis ses origines se plait à parcourir ou à recréer.

Univers surnaturels, huis-clos hitchcokiens, guinguettes renoiriennes, folies Felliniesques, espaces où la guerre gronde, où coulent des amours tropicales, lieux de marivaudages, la mer et autres eaux – plus modestes- offrent une scène rêvée au 7e Art parce qu’ils sont des espaces scéniques vivants et dynamiques et continuent toujours plus largement à la création d’une symbolique polysémique

Les océans, mers, rivières et canaux, les flibustiers et corsaires, les embarcations de toute sortes, les ports et les îles désertes, autant de thèmes et de lieux qui sont une source inépuisable d’inspiration pour les cinéastes, une scène rêvée pour les stars du grand écran et la promesse de tant de voyages pour les spectateurs…

BIO-BIBLIOGRAPHIE

 

Dominique Auzel est passionné de cinéma depuis toujours. Enfant il se faisait offrir des courts-métrages et imposait à tous ses copains des séances de cinéma. Adulte, il n’a guère changé. La passion cinéma est toujours au rendez-vous avec un cinéaste fétiche : François Truffaut. Dominique était très jeune lorsqu’il a regardé « La Sirène du Mississipi » sur le petit écran qui ne diffusait alors que du noir et blanc. Depuis il n’a jamais cessé de s’intéresser à l’oeuvre du cinéaste et a écrit plusieurs ouvrages notamment pour la commération du 20° anniversaire de sa disparition. Il garde gravé en lui et comme un moment magique la dernière scène du film « dans la neige quand ils partent… »

 

Titulaire d’une maîtrise de l’histoire de l’art, d’un D.E.A. de lettres modernes et d’un doctorat d’études cinématographiques, il enseigne aujourd’hui l’histoire du cinéma à l’université de Toulouse. Mais il a d’autres cordes à son arc et est notamment directeur de collection chez Milan. Mais il revient toujours à sa première passion : le cinéma. Parmis ses ouvrages :

 

François Truffaut à l’affiche, aux Editions Séguier – préface de Jean-Claude Brialy. et, en collaboration avec Sabine Beaufils-Fievez dans la collection « Les Essentiels » – chez Milan :

François Truffaut l’homme cinéma, et François Truffaut, le cinéphile passionné.