Jessica Nelson

Jules Verne et la mer

 

Jessica Nelson
écrivain, journaliste, éditeur

 

 

Vingt mille lieues sous les mers est paru en 2014. Un manuscrit exceptionnel, conservé au département “Cartes et Plans” de la BNF.  Inspiré par son amie George Sand, qui le prie d’écrire un roman qui se passerait en mer, avec des machines complexes dont il a le secret, Jules Verne hésite entre plusieurs titres : Voyage sous les eaux, Vingt-cinq mille lieues sous les océans, etc. La mer est chère au coeur de ce Nantais qui se vivait comme un Breton, dont les ancêtres côté maternel étaient navigateurs et armateurs. On dit que, dès l’âge de 11 ans, Verne envisagea de prendre la route des Indes pour en rapporter un collier de perles à sa petite amoureuse… et que notre passionné de sciences et de géographie écrivait sur son voilier le Saint-Michel !

Nourri par Les Travailleurs de la Mer d’Hugo et La Mer de Michelet, Jules Verne s’angoisse sans doute plus que de coutume lors de la rédaction de Vingt Mille lieues sous les mers, comme en témoigne cette lettre à son éditeur le 28 mars 1868 : « Ah ! mon cher Hetzel, si je ratais ce livre-là, je ne m’en consolerais pas. Je n’ai jamais eu un plus beau sujet entre les mains. »

 

BIO-BIBLIOGRAPHIE

 

Jessica Nelson travaille dans l’édition depuis plus de 15 ans et y a occupé différents postes : critique littéraire et rédactrice en chef d’émissions culturelles (TF1, depuis 2002), lectrice (Balland et Plon), auteur (Fayard, J’ai Lu, Belfond).

 

En 2012, elle crée avec Nicolas Tretiakow les éditions des Saints Pères, maison spécialisée dans la reproduction de manuscrits de grandes œuvres, en séries limitées et numérotées, dans des coffrets assembles à la main. Alors que le tout-numérique progresse, il s’agit ici de restaurer la magie de l’écriture en tant que véhicule d’un accès plus intime et émouvant à l’œuvre et à son auteur…

 

Au catalogue : L’Ecume des jours, de Boris Vian, avec plans préparatoires ; La Belle et la Bête, de Jean Cocteau, avec dessins et autoportraits ; Le Voyage au bout de la nuit, de Louis-Ferdinand Céline ; Les Fleurs du mal, de Charles Baudelaire, enrichi de dessins inédits de Rodin ; A la recherche du temps perdu  de Marcel Proust…