Joëlle Ducos

Histoire(s) de comètes au Moyen Age : naissance de la cométographie

Les comètes, objet céleste dont la nature et le parcours apparemment aléatoire sont particulièrement intrigants, ont fasciné le monde antique et médiéval. Depuis Aristote qui en fait des phénomènes sublunaires et météorologiques jusqu’à l’occident médiéval qui en constitue des catalogues de formes en passant par l’astronomie arabe qui les associent à l’astronomie et l’astrologie, les théories se confrontent et se mêlent et aboutissent même à une sémiologie, ce météore devenant signe d’événements futurs, positifs ou négatifs.

Ces théories et ces discours s’associent dans les discours scientifiques et didactiques, mais aussi dans des écrits diffusés plus largement, chroniques, récits exemplaires ou poèmes, et constituent, entre modèles théoriques, observation et traditions, la base médiévale d’une « cométographie », dont il s’agit de donner les contours dans les textes latins et français.

Biobibliographie

Joëlle Ducos, actuellement professeur de linguistique médiévale à l’université Paris-Sorbonne et directeur d’études à l’EPHE (4e section), a mené et publié, à la suite d’une agrégation de lettres classiques, des travaux sur la réception des théories aristotéliciennes de la météorologie au Moyen Age et sur la vulgarisation des savoirs scientifiques en français médiéval. Auteur de La météorologie en français (XIIIe-XIVe siècles (Champion, 1998), elle a dirigé un programme de création d’une bibliothèque numérique sur les livres anciens d’astronomie (bibliothèque Uranie) et élabore actuellement, dans le cadre d’un programme ANR  Crealscience, un dictionnaire de français scientifique médiéval. Elle prépare également l’édition de la première traduction aristotélicienne en français, celle des Météorologiques (fin XIIIe siècle).

La météorologie en français au Moyen Âge (XIIIe-XIVe siècles), Paris, Champion, 1998.

Direction d’ouvrages et de revues :

Le climat d’hier à aujourd’hui, Actes de l’université d’été de Limoges, 1994, éd. J. Ducos et G. Sabourdy, Limoges, 1995.

Le temps qu’il fait au Moyen Âge : phénomènes atmosphériques dans la littérature, la pensée scientifique et religieuse, textes réunis par J. Ducos et Cl. Thomasset, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1998.

Sciences et langues au Moyen Âge,  Heidelberg, Universitätsverlag, 2012.

Météores et climats d’hier : Décrire et percevoir le temps qu’il fait de l’Antiquité au XIXe siècle, Paris, Hermann, 2013.

Encyclopédie médiévale et langues européennes : Réception et diffusion du De proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais dans les langues vernaculaires, Champion, 2014.

Néologies et sciences médiévales, Neologica, 2013, n° 7.

Articles et contributions :

« Vulgarisation des sciences au Moyen Age », L’homme et la science, XVIe congrès international de l’association Guillaume Budé ; éd. B. Backouche, Paris 2011, p. 533-550.

« Réflexion sur le pôle nord à la fin du Moyen Age (XIIe-XIVe siècles) : lieu de l’extrême ou région tempérée ? », Canicules et froids extrêmes, éd. J. Berchtold, E. Le Roy Ladurie, J.P. Sermain, et A. Vasak, Paris, Hermann, 2012, p. 21-40.

 

Bibliothèque Uranie : http://uranie.msha.fr

Programme Crealscience : http://www.crealscience.fr